Coucou !

La série continue sur mes vieux vieux articles. Celui de ce coup-ci est bien trop long, je vais le couper en plusieurs morceaux. Je préviens aucun être vivant n'ont été maltraité lors de cette expérience. Ah oui ! il parait que j'ai la plume exagératrice... Les faits se déroulent en 2000 lorsque je suis arrivée à Antibes pour mes études.

FRANCE TELECOM : Est-ce vraiment privatisé ?
1ère partie

Avez-vous essayé de vous faire installer une ligne fixe de téléphone ?

Bon, tout d’abord, vous allez à l’agence. On vous fait patienter avant d’être «accueilli » par une hôtesse d’accueil. Celle-ci vous donne un numéro (le 753) et vous demande de patienter jusqu'à ce qu’on vous appelle. Vous attendez patiemment, une personne, se lève et un haut-parleur appelle le 159. Après une petite journée d’attente, vous passez enfin devant un technicien.
Cette gentille vous pose des tas de questions utiles :
  « Et déjà, quel âge a votre mère ? » (vous vous rendez compte qu’il remplit une grille du Loto)
Enfin, arrive la dernière question, qui tue :
  « Vous avez un numéro de téléphone où vous joindre ? »
Alors vous essayez de ne pas rigoler et vous répondez calmement :
  « Non ! Sinon je ne serais pas ici ! »
  « Bon, impossible de vous installer la ligne ! »
C’est un véritable cercle vicieux.
Après avoir donné le numéro de téléphone de votre arrière-grand-oncle qui vit au Japon, vous lui dites «au revoir ».
Quelques jours plus tard, vous recevez une lettre selon laquelle un technicien devait venir l’avant veille. Trop tard.
Bien sur, c’est au nom d’Albert Dupont alors que vous vous appelez Robert Dupré. Bon passons, ce petit détail.

Mais, en P.S., vous pouvez lire : « Au moindre problème, appelez-nous au... (Appel gratuit) »
Mais, vous n’avez pas de téléphone. Bref, vous vous démenez pour trouver un moyen de les appeler. Comme nous pouvions le prévoir, ils sont injoignables. Après quelques essais, vous tombez sur une jolie voix digne d’un téléphone rose. Donc vous reprenez un rendez-vous pour le vendredi suivant, à 18 h00, car en élève sérieux, vous ne désirez pas sécher des cours.

Le jour J, à 8 h05, vous recevez une lettre de votre arrière-grand-oncle (vous savez celui qui vit au Japon). Il vous dit que le technicien de France Télécom a un empêchement ce soir et donc il ne peut pas venir au rendez-vous. Il faut donc que vous les rappeliez.
Mais vous n’avez toujours pas de téléphone.
Donc vous attaquez le premier passant que vous croisez et vous lui volez son portable. Vous appelez la jolie voix du téléphone rose. Elle vous arrange le coup : dans 10 minutes, un technicien peut venir. Dommage, vous avez cours d’électronique. Bon, vous jouez-le tout pour le tout. Vous acceptez la proposition. Vous raccrochez et rendez le téléphone portable au passant toujours inerte sur le sol. Vous le remerciez, vous n’êtes pas mal poli.

A suivre...

Mais que va-t-il se passer ? Le technicien va-t il-venir ? Le lutin va-t-il avoir un téléphone ? Vous le saurez Dimanche prochain dans un  nouvel épisode de dimanche de la nostalgie avec Victor et Victoria ...

Lutine